Adventure Double Shot

L’Adventure Double-shot est la version classique d’un « CAFE RACER », en acier à raccord à l’ancienne avec de belles finitions pour un tarif, 569€, très compétitif. Son atout? un look de singlespeed qui cache en réalité un Shimano Nexus 3 vitesses à l’intérieur du moyeux arrière. Un vrai coup de coeur qui mériterait d’être accessoirisé avec des garde-boues Vélo orange par exemple ou bien encore un porte paquets.

#Normandicat2018 – L’Echappée normande

Le 11 mai 2018, Fanny, François et Yoann prennent le départ de la Normandicat, une course hors-normes de 900km autour de la Normandie.

On avait chacun nos challenges à relever, en préparation pour d’autres courses (#ZBTR2018, #TCR2018) ou comme une finalité ; cette Normandicat est aussi l’occasion de passer du temps entre copains et co-équipiers, et de parcourir une région de coeur, de la route des Caps à la Suisse normande. Notre planning de route était ambitieux. Comme on est déjà arrivés, on peut vous le dire sans spoilers : on l’a tenu !

Rendez-vous au départ du 900km afin de rencontrer Xavier, l’organisateur. On croise quelques coureurs en terrasse d’un café. Dans cette région proche de la Manche, il y a davantage d’Anglais que de Français. Rouleurs avertis et novices d’une telle distance se mêlent, dans une ambiance conviviale et fidèle aux alleycats (bien que personne n’ait osé ouvrir de bière avant le départ).

A 22h, tout le monde se lance dans son programme. Notre groupe part vers St Vaast la Hougue, vers le Nord-Ouest ; d’autres partiront vers Jumièges à l’Est, ou encore vers Clécy. Autant dire que sur la quarantaine de participants, on ne forme pas de peloton serré dans une seule direction. On prévoit de ne pas dormir la première nuit : il y a l’adrénaline du départ, l’excitation de rouler de nuit, et aussi l’ambition de rouler les 900km en 2 jours, 2x 450km, qui nous tiennent éveillés.

 

1ère nuit

Le parcours est libre et on a travaillé la map en amont sur quelques semaines. De nuit, nous passons par les petites routes, de manière à rester protégé et à voir et être vu facilement. Tom partage notre route au début ; il a les poches remplies de sandwichs au fromage de chèvre. Vers 3h du matin, la pluie s’invite et on s’abrite une heure dans un abribus/bunker en essayant de dormir. Trois vélos, trois cyclistes et une couverture de survie bruyante ne permettent pas de prendre beaucoup de repos.

Cap de la Hague, deuxième check point, et le jour se lève doucement. On repart, avec un vent enfin clément car nous nous dirigeons vers le Sud, vers Granville. C’est l’heure du café, et notre radar en détecte un heureusement ouvert assez tôt.

 

1er jour

Quand on repart, le soleil promet enfin de réchauffer la route. Duncan rejoint notre groupe et on roulera ensemble jusqu’au soir. Sur la longue distance, on se retrouve et on se perd fréquemment. Même en roulant ensemble, il y a peu de drafting : il est essentiel que chacun avance à son rythme, sans forcer. Yoann et Duncan partent souvent devant ; Fanny et François ne cessent de se dépasser et de se motiver ainsi mutuellement. On croisera, à l’approche de notre mi-parcours, dans l’autre sens, d’autres participants à la Normandicat.

A Granville, Duncan n’est plus à nos côtés et nous nous retrouvons tous les trois pour déjeuner de chips, taboulé, sandwichs et framboises. C’est aussi le moment de mettre de la crème solaire, il fait enfin chaud. On profite du café pour vous partager ces instants en live sur Instagram.

Les checkpoints relativement rapprochés nous permettent de visualiser nos étapes à court terme, et il est plus facile alors de tenir nos objectifs. Notre plan de route nous permet aussi de voir quelles villes on va traverser, en cas de nécessité. Duncan nous a rejoint de nouveau et Yoann et lui partent en tête. Lignes droites et toboggans s’enchainent jusqu’à Clécy, où c’est justement au pied d’un vrai toboggan que se trouve le checkpoint. Yoann et Duncan profitent de leur avance pour dormir. C’est déjà la fin de l’après-midi et si on veut tenir nos temps, il nous reste 80km jusqu’à St Cénéri.

Ces derniers kilomètres sont les plus difficiles, on a l’impression de ne pas avancer. François et Fanny s’embourbent d’ailleurs dans un chemin ; François escalade un pont de pierre, et Fanny passe une rivière pieds nus, sous les yeux absolument pas impressionnés d’un troupeau de vaches. On arrive tout de même juste avant la nuit près de l’église où on a décidé d’établir le campement. Finalement dans les temps prévus, Duncan et Yoann ont toujours la forme et préfèrent ne pas gâcher cette énergie. Ils partent donc pour prendre de l’avance sur la journée du lendemain.

 

 

2ème nuit
Fanny/François

Il fait froid la nuit en Normandie, les sacs de couchage se couvrent de rosée. L’église sonne toutes les demi-heures. Il n’empêche, après un bon dîner (sandwich au fromage) et le saut d’un chat ou d’une bête plus curieuse sur le sac de couchage de François, on ne se réveille pas avant 5h du matin.

Le plus difficile n’est pas de se réveiller, mais de sortir du sac de couchage, hors duquel on se gèle. On se prépare donc rapidement en espérant se réchauffer sur la route, ou surtout dans un café. On n’en trouvera pas à moins de 20km de notre chambre à coucher dans la nature, et la journée commence enfin avec cette première pause.

Yoann/Duncan

Yoann et Duncan s’arrêtent pas beaucoup plus loin, environ à 40km de St Cénéri. Par pure chance, lorsqu’ils font leur arrêt pour décider s’ils continuent ou pas, une maison en chantier s’offre comme le bivouac idéal. Le réveil sera aussi difficile, car levés et partis à 4h45, le soleil met pas mal de temps avant de se pointer !

2ème jour

Tout au long de cette deuxième journée, Yoann restera deux bonnes heures devant François et Fanny, qui, eux, font des étapes entre les checkpoints avec chacun leur tour plus ou moins d’énergie et la motivation commune d’arriver à Jumièges et au bac.

Le vent n’est plus notre ami et sans l’avoir jamais de face, il nous agace fortement. La chaleur est forte dans la journée. On s’arrête peu, constamment à la limite de notre planning. Il n’empêche, entre une habitante étonnée de voir des cyclistes, depuis la veille, prendre sa maison-paquebot en photo à Bernay, les 40km de petites routes de rêve après Lyons la forêt, et le corps qui prend le rythme du roulage, l’estomac qui s’habitue au sucre et au sel, cette journée se passe rapidement et efficacement.

Si on ne roule pas ensemble, on reste en contact via des messages et avec toute la communauté qui nous suit sur les réseaux. C’est motivant de partager et on rigole de Yoann, qui, en éclaireur, nous avertit de toutes nos erreurs de mapping.

Note de Yoann : il y a des chances que vous m’ayez entendu gueuler de là où j’étais perdu dans les champs 😉

A Jumièges, on (François + Fanny) prend connaissance de son passage au bac, deux bonnes heures plus tôt. Il est 20h, et on ne compte pas perdre 6h à dormir, alors que l’arrivée est dans 130km seulement. On s’arrête une dernière fois ensemble pour s’habiller pour la nuit, et manger. La dernière étape se fera de nuit, on se souhaite bon courage ; on se reverra à l’arrivée, pour ne pas s’imposer un rythme, surtout si l’un d’entre nous a besoin de 5 ou 10 minutes de repos pour repartir ensuite.

 

L’arrivée, 3ème nuit

Cette nuit se passe de manière différente et étrange pour chacun d’entre nous.

 

Yoann

Bien que je roulais seul, j’ai pu recroiser Duncan aux checkpoints, particulièrement à celui de Jumièges où j’ai fait une jolie erreur de parcours en me trompant de bac pour traverser la Seine ! Magnifique perte de temps… Un petit peu frustré, je souhaite rattraper mon retard. Ca tombe bien car l’énergie est là, je suis bien équipé en nourriture, donc je n’aurai pas besoin de m’arrêter sur les 150 derniers kilomètres. A ce stade, il s’agit juste de ne pas oublier de pédaler. Dès que je me sens confortable, je me dis que c’est pas ce qu’il faut, et je me remets à appuyer un peu en danseuse pour me donner un coup de fouet.

Fanny

Pour ma part, j’ai l’impression que les 80km premiers kilomètres sont faciles et lents. Je me dis que je vais découper la distance restante par tranches de 25km, au bout desquels je ferai des petites pauses pour manger ou fermer les yeux. Je ne m’arrête pas sur 80km. Je regarde le soleil se coucher, les étoiles éclairer la nuit ; j’écoute mes pneus sur la route silencieuse ; je me fais un choc d’adrénaline en passant une voie en travaux, sans savoir si au bout il y a une autoroute ou un cul-de-sac. Je grimpe dans une forêt que je ne vois pas, des chiens aboient en me suivant le long de ce qui paraît être un grand domaine. J’ai envie d’arriver près de la mer. Quand j’arrive à Houlgate, je me rends compte que j’ai vraiment pris mon temps. Je m’arrête enfin et la fatigue me surprend. Je consulte mes messages, les encouragements, et puis je vois aussi que ma lampe annonce qu’elle en a marre (elle en aura marre pendant les 50km restants sans s’affaiblir pour autant). Je continue un peu, et mon Garmin plante. Je sens que la fin va être difficile. C’est là que débarque François, et je suis heureuse de retrouver un compagnon de route au milieu de la nuit alors que je commençais à faiblir.

François

Les premiers kilomètres dans la nuit se passent à merveille : j’ai les jambes, je n’ai pas sommeil, tout se passe bien. Vers 23h30, coup de mou, je décide de quitter la trace GPS en voyant la direction de Pont L’Evêque. Un café, un coca, seront certainement salvateurs. Après cette pause, en voulant retrouver ma trace avec Google Maps (conseil : utilisez l’appli en mode voiture, pas en mode vélo), je me retrouve dans des passages gravel. Au départ plutôt calmes, ça finit en descentes limite VTT ; je dégonfle un peu mes pneus (merci les 35mm Compass tubeless) . Après ce passage un peu hard, c’est de plus en plus dur mentalement. C’est pile à ce moment que je retrouve Fanny, ce qui me redonne de l’énergie.

On fait ensemble et sans se lâcher les 50 plus longs kilomètres de ces 900 bornes. Fanny a besoin de parler pour ne pas s’endormir, et François se concentre et accélère pour se réveiller. On passe par un chemin gravel (une route neuve, selon François), on hésite encore une fois à 5km de l’arrivée avant de faire un dernier détour pour ne pas quitter la route.

Fanny et François arrivent, Duncan et Yoann dorment, Xavier se réveille pour nous accueillir. On discute à voix basse et Yoann se lève pour nous féliciter. On est crevé et on n’a pas vraiment sommeil ; il est 3h30 du matin. Dans 3h, les participants au 200km arriveront.

 

 

Le lendemain

Pelotonnés dans nos sacs de couchage, cette fois bien à l’abri, on ne dort que quelques heures. On se lève alors que Xavier, lui, prépare l’accueil des participants au 200km. On profite de leur ravitaillement alors qu’ils arrivent en nombre. Le café est encore une fois bienvenu. On est content de retrouver Christophe, un habitué de la boutique, qui emmène Benjamin sur son premier 200km.

On remonte sur le vélo pour rouler jusqu’à la gare. Les fesses sont douloureuses. Pourtant, on récupérera tous les trois très rapidement, après une bonne nuit de sommeil. Pas de douleurs intenses, pas de blessures… Yoann et Fanny se sentent rassurés pour le #ZBTR2018 dans moins d’un mois. Dans le train, on dort, on mange encore quelques victuailles normandes qu’on embarque avec nous. On revient sur nos 900km, cette expérience qui nous enthousiasme plus encore qu’avant pour ce format d’ultra-cycling.

 

Merci

Pendant ces deux jours et trois nuits, on a été porté par notre passion, mais aussi, grâce au travail des deux Patrick, de Romain, de Claire restés à la boutique, on a reçu le soutien de toute une communauté. Ces encouragements relayés ont été un coup de fouet pour nous, dans les moments difficiles ; et la joie ressentie au terme de ces 900km, on a envie de la partager avec vous. Merci de nous avoir suivis ; d’avoir envoyé des messages ; de toutes vos félicitations. Si on veut aller plus loin, c’est parce que ça nous plaît d’abord ; mais savoir tout plein de gens au courant de nos aventures nous donne envie de continuer.

A bientôt, sur la route.

 

Causerie bikepacking, bonus – L’initiation

Trois causeries autour de l’idée du bikepacking, de ses pratiques et de ses dérivés: quoi prendre? où aller ? combien de kilomètres rouler, pour combien de temps ? l’essentiel, l’indispensable

De la théorie à la pratique

La théorie, c’est bien beau mais le vrai moyen de répondre à toutes les questions, c’est avant tout la pratique. On vous a donc proposé de vous joindre à nous, sur le terrain . La trace, les options de de distance, de couchage, on vous les offrait. A vous de saisir ces opportunités et de tester les éléments de réponse glanés lors des Causeries. Dans ce climat de confiance, la tâche devient plus aisée, mais pas plus facile pour autant. Il s’agissait tout de même de plus de 400 km, deux fois 200 km en deux jours de suite ; et d’une nuit au beau milieu d’une clairière. Certains ont déclaré ne pas avoir le niveau mais Il n’y à pas de niveau. Pas de force en tout cas. En revanche, notre petit groupe a 20/20 en audace, courage et folie.

Des kilomètres et une nuit à la belle étoile

On a réuni une petite quinzaine de ces cyclistes radieusement enragés, un chiffre qui s’est révélé fluctuant, chacun composant avec son planning et ses envies. On vous avait laissé des gares sur le passage, à l’aller, au retour, des chambres d’hôtels… avec comme clé, l’adaptabilité. En fonction des jambes et du mental, on compose, sans contraintes.

On a été plus d’une dizaine à effectuer encore, après un magnifique diner en terrasse, des kilomètres dans la nuit. Lampes validées, puis éteintes, on s’est endormi à la belle étoile, derrière une église. Couchages éprouvants, avec les bruits de la nuit ou plutôt le silence interrompu par le clocher toutes les demi-heures. Sans parler des ronflements de certains et de la rosée qui ressemble à une averse !

Grâce à vous…

J’ai cependant trouvé tout le monde suffisamment frais au matin, pour aller dévaliser la première boulangerie ouverte et rouler encore. On a vécu ensemble un lever de soleil grandiose et un avant-goût de #ZBTR2018, entre lignes droites et vent de face ! A Chartres, on a retrouvé au hasard des belles routes, celles des Classics Challenge très empruntées, des amis de la boutique. Et les derniers kilomètres, avec la fatigue accumulées et la chaleur de ce week-end estival qui s’amenuisait, se sont roulés en peloton soudé.

De la chance

Cela peut sembler incroyable, mais ces dernières bornes étaient les plus faciles, alors qu’on se rendait compte de la chance qu’on avait eu de vous rassembler. Cette chance qu’on avait provoquée mais qu’il vous fallait saisir pour la concrétiser. Merci Séb, Valérie, Elytsa, Daniel, PO, Pierre, Farid, Christophe, Danilo, Nicolas P., Nicolas M., Xavier !

Causerie bikepacking, 3/3

Entrée, Plat, Dessert!

Comme toute bonne chose a une fin, cette troisième causerie bikepacking fût la cerise sur le McDo.

Vous l’aurez compris, cette causerie a abordé la nutrition, mais aussi le sommeil, la préparation de cartes et le « comment ne pas se perdre (#GPS) »

Le souci du détail

C’est ce qu’on aime dans les causeries. Notre discipline nous demande de porter  un intérêt particulier à l’exactitude des choses. Qu’il s’agisse des nombreux dilemmes matériels auxquels nous faisons face très souvent , quand il s’agit de notre sécurité et de notre santé, c’est ici que les trucs et astuces prennent tout leur sens et deviennent de grandes sources d’intérêt !

Parmi les nombreux outils de cartographie (nous avons retenu et beaucoup parlé de Ride With GPS et de Strava), tout le monde s’accorde sur le fait que plus on passe de temps à préparer notre carte (qu’elle soit fournie ou non), plus on se sent confiant et préparé mentalement.
Grace aux fonctions de repérage facilitées par Ride With GPS par exemple, l’ajout de points d’intérêt et la découverte des routes grâce à Google Street View en devient un jeu d’enfant.

Stanley à la technique

Petite parenthèse sur les outils de cartographie, avec la liste de certains outils plutôt puissants qui répondent à de nombreux problèmes de formats ou d’erreurs, quand on est un geek de la data et que le « quantified self » n’a plus de secret pour vous:

GPS Visualizer : http://www.gpsvisualizer.com
Très utile pour convertir des fichiers , Possibilité de comparer des traces

TCXTools : http://tcxtools.com/
Outils de manipulation de fichiers TCX

DC Rainmaker : https://www.dcrainmaker.com/tools
Comparaison de fichiers FIT (fichiers résultant des enregistrements de rides) et autres outils.

La grande bouffe

Les premières causeries (1, 2) ont soulevé également beaucoup de questions par rapport à la nutrition et la gestion du sommeil. Yoann a dû sortir son meilleur jeu d’acteur pour ne pas être soporifique sur un sujet aussi technique.
Résumons simplement qu’en voyageant, si on ne veut pas perdre trop de temps à attendre au restaurant, il vaut mieux se débrouiller à emmagasiner un maximum de calories dans ses sacoches, surtout si nous allons au-devant d’une zone déserte ou d’une longue nuit de roulage. Tout ce repérage et ce planning ayant eu lieu en prenant en compte l’aspect alimentation, et en se demandant : « où vais-je manger? où vais-je pouvoir dormir ? ».

Manger les bonnes choses au bon moment vous permettra d’être efficace dans votre alimentation.
Par exemple, l’apport en protéines est bien plus opportun immédiatement après l’effort pour faciliter la reconstruction musculaire (+ de détails).
Egalement car le sucre est la principale source d’énergie pendant l’effort, il peut être intéressant de varier le mode de consommation (solide / liquide) et les différents types de sucre en fonction de leur index glycémique. (détails dans les diapositives de la présentation à la fin de l’article)
Mais Stéphane, l’un des habitués des causeries, nous rappelle qu’après tout, il était capable de s’enfiler 2 glaces magnum toutes les deux heures lors de la Indian Pacific Wheel Race !

Le cadrage parfait

Avec un casting solide autour de la cantine, on a pu appliquer les bonnes règles de l’hydratation (à l’exception près de troquer les boissons d’effort contre du houblon) et les conseils ont continué à fuser.

De la théorie à la pratique

Après avoir rassuré les curieux et galvanisé les baroudeurs, la série des causeries n’est pas finie !
Nous avons enchainé une sortie bikepacking lors du dernier week-end du 5 et 6 Mai 2018, histoire que chacun puisse mettre en application tout ce dont on a pu discuter.

May the force (4th) be with you

Un dernier sujet dont nous avons pu commencer à parler fut celui du mental, particulièrement sur les évènements abordés dans une optique de performance et de classement. Bien que le sujet fut récurrent, il serait bon de se retrouver sur ce sujet !

Maintenant faites défiler ces slides comme un générique de star-wars !

La présentation en suivant ce lien

L’Osymétric Monoplateau, ou la quadrature du cercle, disponible à l’échappée belle

Avez-vous déjà essayé de fermer une porte en faisant pression sur son montant coté charnières plutôt que sur sa poignée ? Elle devient impossible à fermer sans accroitre considérablement la force que vous devez appliquer pour qu’elle puisse se fermer! C’est un des nombreux exemples de « l’effet de levier ».

Quel rapport avec le vélo ?

Lors du pédalage avec une transmission classique, au moment ou vos jambes sont alignées avec le tube de selle, elle se retrouvent dans la même situation que votre main tentant de fermer la porte côté charnières : Elles peinent.

La solution ? réduire la courbure du plateau pour redonner de l’effet de levier et l’augmenter la ou les jambes sont les plus à l’aise (à l’horizontale) ! C’est sur cette base que de nombreux concepts de plateaux faussement appelés « plateaux ovales» ont vu le jour tout au long de l’histoire du vélo sans convaincre pour autant dans le sens où 99% des vélos sont toujours livrés en plateaux ronds

Aux réticences, souvent liées à une forme de conservatisme, vient s’ajouter la difficulté de passer du constat « scientifique » à la solution efficiente :

Chaque denture nécessite une forme spécifique et l’ensemble de la denture doit être répartie par moitié à chaque jambe. Si une marque propose un nombre de dents impair par exemple, c’est que mathématiquement la forme du plateau proposée n’est pas optimale.

A l’échappée belle cela fait environ 60 000 kilomètres que nous testons des plateaux ovoïdes dont la moitié avec les plateaux Osymetric. Quelles que soient nos pratiques, route, gravel,  sorties à hautes intensité et les ultra-distances, notre conclusion est catégorique : seul le plateau Osymétric à résolu la quadrature du cercle !

Les effets : plus de puissance, plus d’efficacité, plus de récupération, la disparition des crampes et des genoux enfin préservés. Physiologiquement, une musculature des jambes rééquilibrée et plus de souplesse.

Pour la petite histoire. A la fin de l’été 2017 nous avons contacté Jean-Louis TALO (le concepteur d’Osymetric) pour l’exhorter à combler un des rares manques des plateaux Osymetric :  les rendre disponible en monoplateau pour Gravel (ou Route monoplateau) !

Depuis fin avril, nos vœux sont exhaussés et nous sommes trois à l’échappée belle à avoir cumulé plus de 1000 km de tests dans les conditions Route , Gravel et Vélotaf. Notre conclusion : nous avons enfin à notre disposition la transmission Gravel ideale !

En plus de tous les atouts ressentis sur route, l’effet de régulation de couple augmente sensiblement la motricité sur terrain instable.

Le monoplateau Osymetric est disponible à la vente à L’échappée belle en configuration 5 branches 110mm en 42, 44 et 46 dents immédiatement au prix de 149€.

Vous n’êtes pas encore convaincus ? Nous comprenons. Comme vous, nous avons dû tester pour être totalement convaincus des gains de L’Osymetric.

C’est pourquoi nous vous proposons « en exclusivité » d’ essayer l’Osymetric monoplateau avant d’investir. Nous vous proposons son essai sur votre vélo monoplateau pendant une semaine pour 20 euros seulement, montage compris. Si au terme de l’essai vous souhaitez l’acheter, cette somme sera déduite de votre achat!

Alors n’attendez plus, contactez-nous au 01 71 04 78 30 ou à contact@lechappeebelle.bike!